Vidéos

Les dérives d’Internet : réseau ou filet ?

Internet est un réseau de communication fort utile. Mais, couplé avec les possibilités croissantes de “l’intelligence artificielle” avec toutes ses variantes, Internet nous prépare un monde déshumanisé à un point que seul un informaticien professionnel pouvait pressentir.

Le transhumanisme : homme augmenté ou homme déchu ?

Le transhumanisme, porté par l’intelligence artificielle, la robotique et l’idéologie scientiste, se présente comme un ouragan menaçant l’homme lui-même, y compris l’homme intérieur, son âme et sa conscience. Est-il vraiment possible, cependant, d’améliorer l’homme dans son être propre? Ne serait-ce pas tout simplement la dernière version de la tentation originelle ?

Existe-t-il une science occidentale ? [Dominique Tassot]

Alors qu’il existe une science chinoise, une science égyptienne ou une science inca, il est étonnant de constater que la science qui s’est élaborée progressivement en Europe depuis le 10ème siècle est nommée aujourd’hui la science, comme si elle était d’emblée universelle. La raison en est que s’est opérée ici une synthèse entre la logique grecque (en particulier le principe du tiers exclus) et le concept biblique de Création : une Création par une Intelligence supérieure, mais qui nous a
faits à Son image, donc capables de comprendre le réel selon sa vérité. Ingénieur de formation, Dominique Tassot est l’actuel Président du CEP.

L’Islam peut-il être européen ? [Annie Laurent]

L’histoire nous fait plutôt connaître des frictions, voire des incompatibilités, entre les occidentaux et les musulmans. Or nos hommes politiques imaginent aujourd’hui un « Islam européen ». Juriste et spécialiste du Proche-Orient où elle a vécu plusieurs années, Annie Laurent démonte cette illusion tant par des textes considérés comme irréformables par nature puisque dictés par Allah que par les pratiques de l’Islam réel.

L’occident vu par les jeunes aujourd’hui [Virginie Vota]

Un divin paradoxe a fait que Virginie Vota découvrit le christianisme à travers la littérature des 18ème et 19ème siècles, pourtant souvent anticléricale. Réalisatrice de courtes vidéos sur divers sujets de société, elle s’entretient ici avec Dominique Tassot sur la dévalorisation systématique de l’Occident qu’entretiennent l’école et les mass-médias chez les jeunes générations et aussi sur la manière de résister à ce lavage de cerveau.

Exporter la démocratie : pourquoi ? comment ? [Maxence Hecquard]

On sait que la démocratie moderne se caractérise par la souveraineté populaire, des élections et une constitution. On sait moins que ces traits découlent de la philosophie d’Épicure (redécouverte au 15ème siècle): dans un univers où tout s’explique par la rencontre aléatoire des divers atomes, il devient légitime pour l’homme de se fixer à lui-même des règles de vie, de définir le bien ou le mal, voire de réinventer sa propre nature. Philosophe, Maxence Hecquard nous fait ainsi comprendre pourquoi de nombreux pays qui ont pourtant des institutions démocratiques, la Russie par exemple, ne sont pas considérées comme de “vraies” démocraties.

L’Occident vu par les extreme-orientaux [Bruno Gollnisch]

Comment les extrême-orientaux perçoivent-ils l’Occident ? Dans cette conférence, Bruno Gollnisch nous retrace en connaisseur l’histoire des contacts entre l’Europe, la Chine et le Japon, principalement depuis le 17ème siècle. Qu’il s’agisse de commerce, de religion, de techniques ou même du Droit, l’influence occidentale fut tantôt bien accueillie voire recherchée, tantôt combattue. On verra sur de nombreux exemples combien les différences de cultures rendaient difficile la compréhension mutuelle mais comment le pragmatisme asiatique a finalement permis à ces peuples de sortir de l’isolement à leur profit. La conclusion sera laissée à Lou Tseng-Tsiang, cet homme d’État chinois converti au catholicisme qui devint Dom Pierre-Célestin, moine bénédictin en Belgique.

Refonder la sédimentologie : histoire d’une découverte occidentale [Guy Berthault]

Rien ne prédisposait Guy Berthault, polytechnicien travaillant dans la grande distribution, à devenir géologue ou, plus précisément sédimentologue. C’est en examinant les fondements scientifiques de l’évolutionnisme, donc la datation des roches, qu’il fut conduit à invalider par des expériences l’idée que les strates se superposent une par une, ce qui par addition, vu l’épaisseur de certaines couches, a conduit par extrapolation à des âges en millions d’années. Une découverte publiée par l’Académie des sciences dont il relate ici les différentes étapes et dont les conséquences viennent remettre en cause jusqu’à notre vision du monde, toutes les méthodes de datations, depuis un siècle, ayant été étalonnées sur la géologie.